Se déconnecter


Pendant la pandémie, notre travail, notre vie sociale et nos divertissements se feront principalement  à l’aide d’écrans. C’est pourquoi il est plus important que jamais de faire une place à la déconnexion, de temps à autre, dans son quotidien. 


Célébrez les occasions de prendre une marche sans destination, de regarder par la fenêtre pendant de longues minutes, de prendre un bain les yeux fixés au plafond ou de contempler le feu de foyer au chalet.


Si l’ennui vous gagne, ne paniquez pas. C’est juré, votre cerveau trouvera le moyen de s’occuper. 


L’autrice américaine Jenny Odell soutient que nous devons remplacer le #FOMO (Fear Of Missing Out, ou peur de manquer quelque chose) par le #NOMO (Necessity Of Missing Out, l’obligation de manquer quelque chose, du moins à l’occasion). Dans son livre How to do nothing, elle croit que de réapprendre à ne rien faire est une nécessité pour l’avenir. Selon elle, quand nous prenons le temps de ralentir et d’observer le monde qui nous entoure, nous constatons à quel point nous sommes intrinsèquement liés (un sentiment qui réconforte en ces temps incertains). 


Comme l’explique Gordon Hempton, un bioacousticien qui enregistre les sons de paysages naturels : «Le silence n’est pas l’absence de quelque chose, mais la présence de tout.» 


Ainsi, aussi paradoxal que cela puisse paraître, plus nous cultiverons des moments de contemplation et de calme, plus nous serons enclins à outrepasser nos peurs, à agir avec passion, pour défendre les humains et la nature qui nous entoure. 

__

La question se pose, bien qu’il soit trop tôt pour s’avancer de manière crédible: le monde de l’après-pandémie sera-t-il identique à celui qui l’a précédé?
Qu’est-ce qui pourrait changer — en nous comme à l’extérieur? Est-ce qu’on se contentera de cuisiner plus, lire plus, jardiner plus et s’appeler plus souvent, ou déciderons-nous de faire des changements structurels plus importants, dans nos habitudes de vie, nos communautés et nos politiques?
Nous ignorons encore les réponses à ces questions, mais en attendant, on peut déjà s’exercer à mener une vie plus simple et plus lente pour devenir — collectivement — de meilleurs humains.
0 vue
Contact

1274 avenue du collège, Laval, H7C 1C2

coordination@maristecanada.com​​

Tel: 450-664-3833

  • Facebook - White Circle
  • Instagram - Cercle blanc
  • YouTube - Cercle blanc
Abonnez-vous à notre infolettre